Le pouvoir des mots

Les mots ont un pouvoir, celui de guérir ou celui d’abaisser. Dans tous les cas les mots amènent des émotions positives ou négatives. On n’y reste pas indifférents. Ils transposent notre état intérieur, notre jardin secret.

Parfois des expériences négatives nous ont arrêté. Nous n’arrivons plus à parler en bien de nous. Changer de mots à ton égard peut renverser la tendance. Se voir et se parler en bien changent alors la donne.

Les mots sont créateurs . Ils créent la vie.

Les mots déposés chez les enfants sont encore plus puissants. L’état émotionnel d’un enfant est encore très fragile, ses émotions à fleur de peau. Plus il grandira, plus il gagnera en stabilité émotionnelle.

L’âme d’un enfant est comme une harpe, composée de nombreuses cordes. Quand il grandit, les cordes sont moins nombreuses mais le petit, lui, peut jouer sur une multitude de cordes .

Si nous déversons sur lui des mots d’encouragements, il pourra jouer une mélodie extrêmement riche. L’inverse n’est peut-être pas de croire qu’il s’agit uniquement de paroles négatives. Cela peut être le fait de ne pas dire du tout ou suffisamment de mots encourageants.

Chez l’enfant, avez-vous remarqué à quel point un tout petit encouragement peut l’emporter vers des états émotionnels extrêmement positifs ? Bien plus encore que chez les adultes.

L’enfance est comme un terreau et nous avons le pouvoir de déposer des graines dans ce champ brut.

Parfois nous arrivons mieux à parler aux enfants qu’aux adultes . Mais on peut être délié de notre pudeur, du regard des autres, du qu’en dira t-on . Nos peurs nous lient comme des cordages autour de nous.

Mais nous pouvons transformer les choses. Quand nous sommes blessés nous attendons que les autres réparent cela. Le problème c’est que cela n’arrive pas forcément et nous pouvons attendre longtemps en laissant en jachère tous nos dons notamment. C’est à nous de sortir de l’ombre. Même si cela semble dur, c’est à nous de lancer le mouvement. Il est possible de faire sauter les verrous qui nous ont emprisonnés jusque là.

De cette façon, comme dans un effet domino, les cordages tombent de plus en plus les uns à la suite des autres, par le pouvoir des mots.

Les mots sont espoir, déliement.

Ils créent la vie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s